?

Log in

bullonir

Recent Entries · Archive · Friends · Profile

* * *

NecronomiCon 2015 – My Experience

Ok, read my profile. I am a nerd. And proud of it. Sooo... this is my on-again mostly-off blog. (Please be kind with my possibly wonky syntax, French is my mother tongue.)

           Now that this is out of the way, here is a little recap of three old friends who took off at practically the drop of a hat for a Boy’s Weekend Out. (Or as quickly as us old foggies in our mid 40’s decide these things... Hum. Which is a couple of weeks in advance.) J You know, work, children, life.

So it was us three Pats: Patrick (myself), Patrick (Other Patrick) and Patrice (AKA Laz – the instigator of our journey). Yeah, try introducing yourselves to Americans while travelling, especially when we get to ‘’Patreece’’. It makes us sound like characters in a bad sitcom.

So it began, as Laz dropped us a line about this about the NecronomiCon, H.P. Lovecraft festival in Providence, Rhode Island and how much fun it seems. (Providence is roughly six hours away by car from the Montréal area – not taking into account US and Canadian Customs. We should have.) (I swear I have no idea where Laz finds all this info. Then again, knowing stuff rather obscure is rather fitting in this case.) Well, wasn’t he in for a surprise when us two Patricks turned around and went: ‘’That sounds really cool! Ok, let’s make reservations and pack our stuff!’’

           Laz’s reaction was along the lines of: ‘’I honestly did not think you guys would say yes to my crazy idea!’’ Crazy. Again, fitting. So he launches into the whole buying tickets and hotel reservation thing. (Again, we are grateful Laz that you took care of the mechanics of this trip!)

The Plan: leave Friday, get there late, get up early on Saturday, enjoy the day, go to bed late, get up early again, leave so as not to get home too, too late, cos some of us are working the next day. And by ‘’some of us’’, I mean my friends because I am still on vacations, so nyah! Nyah! (Just kidding, fellows.) But to steal a line from Laz, ‘’Go there, come back very tired, but very happy.’’

           Friday night, we left from work after gathering around 05:30 PM, traffic jams, customs, stopping for food and stuff. We arrived in to Providence late (actually Warwick). Fall asleep around 01:45AM. Ouch! We got some rather bad sleep for some reason which escapes me.

And found out some of us snore! Ha! Ha! Ha! (Not me. I only suffer from a, now under control, sleep disorder.)

Other Patrick and I woke up around 07:00 AM, showered, got coffee and caught up on reading, emails and complaining about our bad sleep. After sleepy-pants catches up with us J, we headed towards downtown Providence, stopped by Starbucks for breakfast and a latte (thank the Stars!) We were now firing on all cylinders!

Oh, have I mentioned this is the first time I ever go to a convention? Yes. Me. The guy who stills reads comic books (ranging from The Walking Dead - self-explanatory -, The Sixth Gun – horror country western with tentacles -, Batman – if I need to explain this one... – and one of my all-time favourites Starman – a superhero father-son love letter, among other things. A last one Sandman. Go. Get. Read it. All of it.). I am the guy who still plays Pathfinder RPPG with his buddies whenever he can, and has as much fun watching movies or shows like Interstellar – Oh, Chris Nolan, I like how ambitious you are - , Downtown Abbey – coming in late to the show here - , Breaking bad – man, how many bad decisions can one man make and yet be fascinating? - or La Famille Bélier – real moving French movie, it’s a feel good movie, but never in a stupid way.)

But I digress.

Ok, so NecronomiCon. I won’t bore you with the details (it’s possibly too late... I know.). Like I said, I had never been to one of these things. I have a B.A. in literature. So H.P.L. is of interest to me and I will admit to being such a dilettante compared to some of the people I met over the weekend. Which I kept repeating to anyone I met at the Con! Ha! Ha! Ha! I have read some HPL. A while ago now. I’ve read (and still read) stuff where you see his inspirations. Yet, one of the things that kept surprising me whenever I spoke with (die-hard) fans, writers or illustrators was how nice everyone was, always saying something to the effect of ‘’Well, you have to start somewhere.’’ or ‘’There is nothing wrong with that.’’

People were awesome.

I met some great people! Here are some of them... this is in no particular order and I will forget or omit a lot of people and there are those whose names I either forgot or never even got. Some of them it was for a few minutes. Others it was a fleeting moment. But I was happy with them all!

The first panel we attended was Second Hand Mythos, with Ramsey Campbell, Cody Goodfellow, Stephen Jones, Robert M. Price, Darrell Schweitzer and Paul Di Filippo acting as moderator. Everyone was so interested and interesting! You know how sometimes you listen to very erudite people and everything coming out of them is great yet you can’t connect with them? Or they are brilliant writers but horrible communicators in person? (Writing is such a solitary activity I am not blaming any of those ‘’boring’’ writers.) Or how you need to concentrate for fear of either falling asleep or slashing your own wrists? Or you start daydreaming about getting a root canal? Well, not here. It was all great and fascinating. The panelists were very generous towards us and each other. But I will give an extra gold star to Cody Goodfellow for his contagious joie de vivre. Cody, you are quite the character. (But, damn it, after hearing the other panelists gushing about your books Radiant Dawn and Ravenous Dusk, my friend and I tried to buy them but you were all out. L And, FYI, no, they are NOT on Kobo. But don’t worry, I’ll track’em down! And some of your others I am sure.) Oh, and have I mentioned he has met Guillermo del Toro. I am jealous.

Then, after the panel, the Other Patrick Forrest-Gumped his way into meeting Scott Thomas, author of The Sea of Ash (and other stuff). Who is Scott Thomas you ask? Hum… well… he is the author of The Sea of Ash?(and other stuff?). Ok, I am being an ass. No, we did not know him. But we started talking and he was extremely nice. Super nice in fact. And yes, I ended up buying… you guessed it The Sea of Ash (but no other stuff yet… On a budget here. Any idea how much a US dollar costs to a Canadian?!?!??!). Oh, and it’s signed. Oh, and I’m an idiot. I did not get my picture taken with him. Because, that would have been, you know, cool. And have I mentioned he is a nice guy? We bumped into him a few more times (and his spouse if I am not mistaken) and every time we chatted with them. Oh, he even shared a personal story about how some shooter wanted by the police hid in his backyard one night(!). Fiction meet reality!

           By the way, full disclaimer here: I always get a little star-struck whenever I meet creators of just about any kind. People who do it, who get their stuff out there. I respect that. A lot.

But then I forget to take my picture taken with them.

Then I met Christina Rodriguez, an illustrator of children’s books (I hope I am not mistaken and she has other types of books out there!). She was also interested in hearing about the fans (me in this instance). And we started talking about restaurants! And Montréal. She graciously gave some good names in Providence (and I will get back to her about places in Montréal later this week! If she can ever make it!). It was only a couple of hours later, that I thought to myself, ‘’I should have asked if her and other authors were going out tonight! Having dinner with them would have been so cool…’’ But… no. Hum… see above about forgetting to have my picture taken with Scott.

Tangent: while wandering around later in the evening looking for dinner, after Christina had told me about Faust, at the Dean Hotel (which all rooms were booked - we had tried to get a room there), we ended up at Faust at least for a meal (which is totally because of Christina!). Very good yet simple (and not in a bad way) German food. Laz and the Other Patrick had sausage and I had the succulent pork schnitzel. Man, I love me a good schnitzel.

Oh, and beer. Apparently Germans like beer… Surprising right? Who would have thought? We weren’t drunk or anything. Just very happy. If you ever end up at Faust, keep in mind it connects to a lounge… and a karaoke bar! And therein lies madness! After putting my name on the list, we got up there and I shouted ‘’Montreal Represent!’’. The crowd laughed… I don’t think at me. J If anybody reading this was there, I sincerely hope that was not obnoxious. Too much! And I did not think to ask if anyone realized that while singing New Orleans is Sinking by the Tragically Hip that they are a Canadian band. End of tangent.

We grabbed lunch from a food truck on Saturday. Those are great, we are just starting to get them here! I had a bacon-wrapped hot-dog (it wasn’t as decadent as it could have been but in such a yummy way! Loooved the old-fashioned Dijon mustard in it) and home-made tatters with aioli sauce. Man! Oh, before that while looking for a restaurant... Laz goes up to a girl walking on the street and very politely asks: ‘’Do you know of a restaurant where we could have lunch?’’ This girl goes: ‘’Oh, I am sorry but I am on my way somewhere, I don’t have time to go eat with you.’’ Poor Laz is just scratching his head thinking: ‘’But, but, I wasn’t inviting you!?!’’

Ok, it feels like I am rambling now... We caught some movies from the Portland, Oregon H.P.L. film festival. Oy. Some people are rather deranged. Ok, not really. Enjoyed that quite a bit and was happily surprised at how funny HPL cold also be. Another funny Montréal moment... One of the artists was present to talk about his movie. He introduced himself as saying in a thick Québec accent he came from Montréal and out of nowhere we were five or six to scream out loud like idiots! ‘’Montreal!!!’’

HP

What else? What else?

Caught the Narrator and Antarctica panels. Interesting stuff, especially about Antarctica, because I had the chance to go to Iqaluit, Nunavut last year... in the Spring... which means it was slushy in the afternoon and frozen at night... so at that time of year there really is no correlation between the two places... and it’s in the exact opposite direction... and it’s populated... Ok, nothing to see here I guess... Well, you know what I mean. I enjoyed it on a different level!

Oh, on Saturday, I met Douglas Wynne, author of Red Equinox, and then lost him when I went back on Sunday morning before leaving... (Hum, losing an author, no pics with Scott, Christina... I sense a pattern of missed opportunities.) So I bought Douglas’ book from Peter Rawlik, author of Reanimators who was sitting at the same table as Douglas. And I ended up having another rather pleasant discussion again... and awkward. Here I am chatting up a storm with a writer and then buying the other guy’s book. But he was a gentleman about it, make no mistake. And I explained about the budget thing again. I guess I made a od impression, because he told me to Facebook him later! Hah! And, small world, while with Peter, I said a couple of words in French to Other Patrick and this girl replied: ‘’Excusez-moi’’ as she looked at stuff at the table. Yes, she is from the Québec (provincial capital) region. Small world. It seemed like we were quite a bit from the Montreal area.

Ok, enough rambling. I am looking forward to the next NecronomiCon is what I am saying... And have even taken the old writing pad out this morning... Not bad, not bad at all...


Current Location:
Home
* * *
Je suis Charlie Hebdo.
* * *

Pendant plusieurs années, notre classe politique fut peuplée d’avocats avec tout ce que cela peut contenir de double discours, de langue de bois ou autres conversations étourdissant jusqu’à ne plus trop savoir quel était le problème discuté au départ ou ne pas comprendre la solution.

Maintenant nous vivons sous le règne des médecins. Autres temps autres mœurs. Comment un médecin résolut-il les problèmes quand le pronostic semble trop grave?

Il ampute.


* * *

La liberté

La liberté est une belle chose. Nom féminin, état de quelqu'un qui n'est pas soumis à un maître.

          La liberté est une grande et belle chose que nous prenons trop souvent pour acquise. (Et là, la base de mon idée repose sur une liberté nord-américaine.) Nous avons, à l’intérieur de nos lois, la liberté de tout. Je m’explique.

Quelques exemples…

Aujourd’hui, un homme peut maintenant en épouser un autre. Bravo!

          Si je le désire, je peux rester chez moi et boire, boire, boire jusqu’à en être malade partout et m’en donner finalement une cirrhose du foie. Suite à cela, l’état me prendra en charge, m’amènera à l’hôpital et s’acharnera à me sauver ou tout au moins à prolonger mes derniers jours dans la plus petite souffrance médicalement possible.

          J’ai aussi la liberté de fumer jusqu’à ce que le teint de ma peau ne change et que mes poumons crient ‘’Cancer! Arrête sans dessein!’’ Et cela, tout en sachant pertinemment que la cigarette est parmi les trucs les plus nocifs qui existent. Mais le gouvernement nous permet de choisir de nous en procurer tout simplement en montrant une pièce d’identité confirmant que nous sommes majeurs (et vaccinés). Et cela en pleine connaissance de cause. À nouveau, cette grande partie d’impôts amassés à travers la vente de cigarette servira à me prendre en charge à l’hôpital pour tout faire pour me sauver la vie (cette vie que j’aurai malmenée moi-même).

          Tant qu’à être là… J’irai possiblement m’acheter une arme aujourd’hui. Ça ne semble pas trop compliqué. Nos voisins du Sud ont même des promotions du genre : « Venez ouvrir un comte à notre banque et nous vous donnerons une arme à feu. » (Et oui, il y a vraiment un germe de récit là-dedans du gars qui s’ouvre un compte, reçoit son arme, sort dans le stationnement, la remplit du calibre approprié et rentre pour dévaliser l’endroit quinze minutes plus tard.)

          Aussi, pourquoi ne pas rouler en voiture à environ 175 km/h, être impliqué dans un accident de la route, puis évidemment la SAAQ prend en charge la majorité des frais des traitements encourus suite au dit-accident. Alors que le policier sur scène donne une contravention de vitesse au chauffeur impliqué, ce dernier a aussi la liberté de contester sa contravention devant un juge et dire que dans les minutes suivant l’accident il était confus et a répondu n’importe quoi quand on lui a demandé à quelle vitesse il roulait. Le juge a respecté la liberté du contrevenant et renversé la décision du policier. Donc, je suis libre de ne pas respecter la loi, faire payer l’état pour mes blessures auto-infligées et ne pas payer la contravention qui m’est due. (Je m’éloigne, mais pourquoi si je mets moi-même le feu à ma maison, je ne suis plus couvert par mes assurances, mais que le même principe ne s’applique pas dans ce merveilleux monde du no fault routier.) (Ceci est un résumé, mais c’est une histoire vraie…)

En passant, si vous démolissez votre voiture, fauchez quelques bonnes gens au passage, en laissez deux ou trois autres handicapés à vie… La SAAQ vous couvrira quand même pour vos traitements… c’est ti-pas beau ça?

          Par contre, savez-vous où la liberté s’arrêtait la semaine passée? À Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Le 18 juillet, la ville fermait sa clinique d’avortement.

Merci CBC (Les caractères gras sont de moi.): New Brunswick is the only province with a private abortion clinic not receiving funding for the procedure.

The current fee for the procedure at the Morgentaler Clinic is $700 before 14 weeks of pregnancy and $850 between 14 and 16 weeks.

The clinic performs about 60 per cent of abortions in New Brunswick, its officials say. About 600 abortions a year are performed at the Fredericton clinic.

Regulation 84-20 of the New Brunswick Medical Services Payment Act stipulates abortions are paid for only if they are performed in one of two approved hospitals after being deemed medically necessary by two physicians.

En passant, on parle de la liberté de la femme ici. (Pour ceux qui ne suivaient plus.) (Retournez plus haut, tout au début; liberté est féminin. Ça m’apparaît toujours un peu ironique.) Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, j’en suis certain, des injustices envers les femmes.

          Une femme qui s’est faite attaquée violemment, violée sauvagement n’a pas droit à l’avortement gratuitement si elle le désire (dans certains endroits pas du tout). Et je prends ici un exemple extrême. Que fait-on simplement d’une grossesse qui n’était tout simplement pas planifiée. Qui arrive au mauvais moment. (Peu importe le mauvais moment.)

          Ou encore, si l’enfant en elle est malade? Qu’il sera mort-né? Qu’il sera sévèrement handicapé sans aucune qualité de vie et que celle des parents sera hypothéquée pendant 35 ans à cause de cet enfant (qu’ils aimeront) mais qui vivotera dans une douleur constante? Si, certaines mères, certains couples, décident d’aller jusqu’au bout, mais ce sont leurs choix. Je ne préconise pas l’avortement systématique de tout enfant pour n’importe quelle raison (justifiée ou non).

          Être pro-choix, n’est pas pro-meurtre. Parfois le choix repose dans le fait de garder l’enfant, même celui étant le fruit d’un viol (et devant ces femmes, je suis sans mot et plein d’admiration - et d’incompréhension, mais c’est normal je pense étant un homme). Mais pro-choix, parfois c’est ne pas amener sa grossesse à terme. De grâce, faites la différence avant de me répondre. (Oui, j’affiche tout de suite mon opinion biaisée, je vous regarde, vous, les fondamentalistes religieux. Je m’excuse d’avance.)

          Pourquoi une femme ne possède-t-elle pas un droit unilatéral sur son propre corps? En tout temps. Ça me semble une simple liberté…


Current Mood:
En vacances
* * *

Comme du poulet… ou un buffet chinois…

Tout le monde aime le poulet. Ou presque. Sérieusement, le poulet semble le met le plus apprécié de tous. Il y a toujours quelqu’un pour aimer le Général Tao, au pot, à la mijoteuse, avec une canette de bière sur le BBQ, etc.

Mais savez-vous quoi? La religion n’est pas comme le poulet. Ce n’est pas pour tout le monde. Cela doit faire au moins cinq ans que j’ai envie d’écrire ceci. Alors entre FB et mon blog, voici quelques réflexions à propos de la religion.

J’assume que je me ferai beaucoup d’amis aujourd’hui.

Aussi, rendons à César ce qui lui est dû. L’étincelle à ma poudrière me vient plus précisément de mon ami François C. et ses commentaires hilarants (ou portant à réflexions) sur FB (et provoqué par la suite par les commentaires de ses amis : Chris P. et Christopher H). Je vous les cite au besoin…


  1. Frank C.: Mira Sorvino questionnait l’esclavagisme, ce qui incite Christopher à commenter.


Christopher H. : I rather get the impression that slavery in Biblical Israel/Judaea was very different from our modern image of slavery. I remember there being a number of rules on the ethical treatment of slaves ... my favourite bit being the part that says you can only really own a slave up to seven years, and after that it's the slave's decision whether he wants to stay with you or not. There's even a sort of ceremony for when the slave decides to stay, where you pierce his ear and give him an earring.

Bon, bien, comment ne pas répondre à cela? Commençons par profiter de cette merveilleuse citation: « Slaves, submit yourselves to your masters with all respect, not only to the good and gentle but also to the cruel.” (1 Peter 2:18) » (Désolé, mais c’est nettement plus facile de trouver des citations de la bible sur internet en anglais.)

Ok, tout d’abord, est-ce que quelqu’un a la copie de ce contrat d’esclave? S’il y avait des règles à suivre sur la façon de traiter son esclave, j’aimerais le savoir. Ma première réaction face à ceci est de répondre : évidemment, qu’il y avait des règles à suivre, sinon, si tu brisais ton esclave, tu le payais. Tu ne faisais pas comme bon te semblais avec ton esclave. Tu ne pouvais pas défouler toutes tes frustrations de la journée sur chaque esclave possédé, sinon tu risquais de le tuer. Donc, obligé d’en acheter un autre. J’ai peine à croire qu’un maître prenait soin de ses esclaves par simple souci éthique.


  1. Frank qui met la photo d’une femme tenant une affiche demandant comment peut-on questionner l’existence de Dieu lorsqu’on voit un lever de soleil.


Chris P.: To be fair, I doubt she was asking for an actual, literal explanation of how light and the sun work.

She was more likely trying to say something like, "If there's no god, how can you explain the powerful feelings that rise up without you upon witnessing a magnificent sunset?"

To which I would answer, "It's called enjoying and experiencing the moment without burdening it with unnecessary complications. And also, how dare you presume that only people with your exact beliefs can appreciate the beauty of nature."

Je déduis que Chris tente d’être diplomate ici. Mais ai-je raté un contexte où la personne nous dit ceci? Je pense que Chris assume qu’elle veut dire ceci. J’ai l’impression que Chris lui en donne plus qu’elle n’en mérite. Quelle est la dernière la fois que j’ai croisé quelqu’un de très, très croyant qui s’embarrassait du contexte? Hum… Non. La dame porte simplement son écriteau (aux fautes d’orthographes). Parce que dieu a tout simplement raison d’après elle. Bonjour l’ouverture au dialogue. En passant, (et svp tous ceux qui croient en un dieu quelconque rappelez-vous de ceci!) voilà pourquoi nous appelons cela un « acte de foi ». Parce qu’il n’y a aucune, mais aucune preuve tangible de tout ceci. L’âme? Merde quelle est la dernière fois que vous avez vu une âme passer dans la rue?! Par contre, ne parlez pas de fantôme! Ben non, parce que là on tombe clairement parmi les voyantes, les païens et l’hérésie! Un miracle? Où se sont passés les derniers miracles? Hum… Ou les grands cataclysmes annoncés par des buissons ardents? Rendu là, j’accepterais une plante verte ventriloque dégageant de la simple fumée…

(Je m’éloigne un instant. Il y a de cela quelques années un documentaire dont j’oublie le nom, au Discovery Channel, expliquait les dix plaies d’Égypte. C’était fascinant. Tout fut expliqué scientifiquement. Tout découlait de cause à effet. Et l’un des trucs intéressants était ce scientifique qui à un certain moment dit (je paraphrase) : « Vous savez, expliquer les dix plaies ne veut pas dire que Dieu n’existe pas. Cela démontre seulement que si Dieu existe et qu’il a créé le monde, il l’a fait en tenant compte de règles physiques claires et précises. » Je ne me souviens pas s’il était croyant ou non. Peu importe. Son ouverture d’esprit en disait long.

Et non, on ne me jouera pas non plus la carte du « mais on doit mettre ces écrits dans leur contexte. » Pourquoi dois-je me casser la nénette à savoir si un écrit doit être suivi au pied de la lettre? À savoir si les choses ont changé? Qui décide de ce qui est mis à jour? Malgré Facebook, Twitter, les blogs, Instagram, le bon dieu ne met pas son statut à jour tellement souvent et ne clarifie que rarement ses propos d’il y a plus de 2000 ans. Évidemment un paquet d’hommes en soutane dans la soixantaine (au minimum) doit vraiment avoir le pouls sur les réalités du monde. Tiens! Pourquoi pas une autre citation? Puisque vous insistez. « I do not permit a woman to teach or to have authority over a man; she must be silent. » (1 Timothy 2:12) Sans m’embarquer dans un discours féministe, d‘autres (femmes) le font beaucoup mieux que moi, que suis-je censé comprendre ici? Ça me fait penser à la belle époque où je travaillais pour la Banque Royale… J’ai eu trois patronnes formidables durant ces années. Oui, oui, trois femmes. Merde. Et dire que j’aurais probablement pu leur lancer des roches en toute impunité quand leurs décisions ne me plaisaient pas… Quel opportunité ratée.

Une dernière citation… « In this verse, Samuel, one of the early leaders of Israel, orders genocide against a neighbouring people: “This is what the Lord Almighty says... ‘Now go and strike Amalek and devote to destruction all that they have. Do not spare them, but kill both man and woman, child and infant, ox and sheep, camel and donkey.’” (1 Samuel 15:3) » Ben oui. Tuons tous ceux qui nous empêchent de nous émanciper dans notre religion.

Aussi, par pure curiosité, pourquoi dieu n’est pas partout sur la planète? Sérieusement. Si j’étais Tout-Puissant et, à ce qu’on dit, aimant, pourquoi je ne me suis pas manifesté partout sur la planète devant tous les hommes? Pensez seulement aux nombres de guerres et génocides que nous aurions évités? Et svp ne me servez pas non plus l’idée « Mais c’est pour cela que nous devons aller évangéliser les ‘’pôvres petits peuples pas civilisés’’ qui ne connaissent pas le bon dieu. » On a déjà essayé de me convaincre de ça. Littéralement. Alors par simple curiosité, avant que les Européens ne débarquent en Amérique, il s’est passé quoi des âmes des « pôvres sauvages » morts durant les siècles précédents? Il ne connaissait pas dieu alors tant pis, too bad un voyage aller-simple vers les Limbes? Non. Simplement non.

Si un passage doit être interprété, pourquoi ne le sont-ils pas tous? Si un passage doit être suivi à la lettre, pourquoi ne le sont-ils pas tous? Ça manque de cohérence. Et non, je ne suis pas en train de dire à qui que se soit de ne pas croire. Mais juste de respecter un peu plus ceux qui ne croient pas ou se questionnent.

Dieu n’est pas un buffet chinois. Tu ne peux pas prendre un peu de ceci, moins de cela lors d’une visite, puis changer tes goûts, tes préférences et tes envies la visite suivante.


Tags:
Current Location:
Beloeil
Current Mood:
Bonne
* * *
* * *

Loin de chez moi… l’Autre.

Être allé en voyage à Iqaluit fut une grande chance pour moi. J’ai l’impression que ça m’habitera longtemps. Jamais, mais JAMAIS je ne serais passé par là de ma vie. Avez-vous vu les prix des billets? De mémoire, c’est autour de 2000$(!). Alors, comme destination vacances, on repassera.

(J’allais dire une destination soleil, mais me suis repris. Mais savez-vous quoi? Iqaluit durant le mois de mai… C’est le coucher de soleil vers 22 :30 et le lever vers 03 :00… Mais rendu fin mai, les dernières lueurs solaires s’étirent jusqu’à 23 :45. Et les premiers éclats de jour arrivent vers 02 :00. De plus, le ciel ne devient jamais entièrement noir. Il y a toujours ce noir plutôt bleu de coucher (lever?) de soleil. Alors, oui, Iqaluit comme destination soleil. Peut-être que ça devrait leur pitch de vente dans les agences de voyages?)

J’ai donc vu littéralement du pays. J’ai appris certains trucs sur la culture Innuk. (Pas assez sûrement.) J’ai acheté des petites œuvres d’art Innuk, dont des boucles d’oreilles pour ma fille faites à partir de crocs de loups. (Les boucles d’oreilles, pas ma fille.) Elle était très heureuse et a tellement joué avec pendant la journée, qu’un des crocs s’est défait et nous l’avons perdu. Tout cela en l’espace de huit heures. C’est possiblement un record pour ma fille. Et je vous épargne l’épisode de pleurs qui s’ensuivit… Au fait, parlant de voir du pays, ce sont quoi les capitales des autres provinces ou territoires? Ottawa, Québec, St-Jean (me semble…)… (Ouf que je ne suis pas doué en géo.)

J’ai aussi vu une contrée où l’hiver ne règne pas éternellement… mais presque. Où dans le parc national on met Quand, à la fin de mai, le Celsius tombe autour de zéro la nuit, monte tout au plus autour de 10 ou 15 le jour, qu’il peut neiger le matin à mon réveil, alors je sais que je suis loin de chez moi.

Quand je marche dans la rue et que, moi, l’homme caucasien, hétérosexuel, dans la quarantaine, sans handicap visible, je fais partie d’une minorité visible. Que je me demande comment c’est d’être de la majorité? Quand je me demande à mon arrivée comment ils me perçoivent quand ils me regardent, alors je sais être loin de chez moi.

Je sais aussi que je suis un peu con, car lorsque je suis « chez moi » et que je croise des gens d’horizons différents du mien, je ne me questionne que quelques instants seulement à savoir quel a été leur parcours, qu’ont-ils vu ailleurs, quelle culture trimballent-ils dans leur baluchon, quelles idées entretiennent-ils sur la vie. Et cela par curiosité d’apprendre d’eux, d’avoir accès à d’autres points de vue.

Je ne me demande pas s’ils sont « chez eux » ou non.


Current Location:
Maison
Current Mood:
relaxed relaxé
Current Music:
Espace Musique. (Que j'adore...) Arianne Moffatt, Alex Nevsky, etc.
* * *

Bon et bien, je suis en plein processus de mettre le plus de choses possibles dans ma valise ainsi que mon Action Packer (TM). Comment se fait-il que j’ai toute la misère du monde à faire entrer tout cela alors que j’ai tout mangé mon chili, mon spaghetti et sa sauce, mes boîtes de soupe, (j’en oublie) ainsi que cette mémorable quiche qui fit le trajet de Montréal à Iqaluit sur mes genoux il y a un mois? (Que de bons souvenirs!)

Ah, oui… Voilà… Je dois faire entrer des bottes et un manteau d’hiver maintenant! Parce qu’il fait chaud à Montréal!

Merde. (Pas la chaleur.) Je n’ai rien affiché cette semaine sur mon blog / FB. J’ai quatre ou cinq sujets d’entamés mais vraiment rien de présentable… Dans le genre, sujets faciles, l’éducation et les policiers, la religion, l’éloignement et j’oublie les autres… Que faire? Je m’étais vraiment donné comme défi d’afficher un truc par semaine… Alors je ressors une vieille chose que j’ai lue il y a un bon bout de temps… Un bout d’article à propos du film The Mortal Instruments et ce qui s’est mal passé avec le film et ses recettes au box-office.

«While the first film didn’t exactly kill at the box office, it did make $80 million worldwide off of a reported $60 million budget, according to Box Office Mojo.

“We are analyzing exactly what went wrong, and that needs some time,” Constantin board member Martin Moszkowicz said.
“We’ll go back to the drawing board, and we’ll work on the screenplay; we’ll work on the elements of the movie; and then we’ll budget it
Alors voici la société dans la laquelle nous vivons… Un retour sur investissement de 33% est considéré comme un échec.

Pas convaincu?

Imaginez que vous investissiez 100,000$. L’année suivante vous revenez et vous avez 133,000$. Quelle déception. Au fait, ça paie combien un certificat de placement garanti ces temps-ci? (Un vérification rapide me donne plus ou moins 1,25% sans entrer dans aucune négociation.) Alors voilà le monde dans lequel nous vivons…

Ok, bonne journée!

J’ai un avion à prendre!


Current Location:
Iqaluit
Current Mood:
Anxieux
Current Music:
Arcade Fire - Reflektor
* * *

2014-05-22

Déparler… Première partie.

L’heure des bilans

De quoi parler ce matin?

Je pensais écrire un blog pendant mon voyage à Iqaluit, Nunavut.

Bon, ben, comme bien des choses, ça ne s’est pas concrétisé. (Le travail, la vie, non pas les enfants cette fois-ci. J) Alors, sans le dire officiellement, je me suis dis que je me forcerais à écrire une entrée par semaine. Chose que j’ai faite sur FB et sur mon compte Live Journal.


         Sur FB, parce que c’est ici que le plus de gens me lisent (je pense, j’espère). Et sur LJ où j’ai trois ou quatre amis qui me lisent et qui ne sont pas, je crois, sur FB. Si j’avais le choix, je crois que je ne ferais qu’utiliser mon compte LJ. Sais pas pourquoi. Comme vous le savez, je ne suis pas la personne la plus présente sur FB. (Duh!) Et me semble que LJ fait plus sérieux. Bon, enfin, bref, si certains d’entre vous désirent mon adresse de LJ, laissez-moi savoir, ça me fera plaisir de la partager. Je ne pensais pas débuter cette entrée avec de la méta-écriture de mon écriture, mais bon… Vous pouvez blâmer mes trois (quatre?) Rickard’s Red et le shooter de téquila d’hier soir pour mes propos débridés ce matin.

         Tangente : (oui oui, je sais…) C’est quoi l’idée de me sortir au Storehouse chers Iqaluitiens? (à part « résident d’Iqaluit » je ne trouve pas d’appellation pour quelqu’un vivant à Iqaluit… J’ai peine à croire que personne n’a rien trouvé si on a nommé Campi-Vallancien celui qui habite à Salaberry-de-Valleyfield… - et je m’excuse s’il y a une erreur d’épellation). Donc, me sortir à 17 :00, boire, manger des ailes de poulets, boire, acheter des trucs des artistes locaux, boire, rire, jaser, et REPARTIR À 21:00!!!!!! Non, mais, ce sont dans de tels moments qu’on s’ennuie de Montréal! On sait sortir, nous! Oui, Monsieur! Par contre, dans un même contexte à Montréal, la soirée se serait terminée sur fonds d’émeute… Rien n’est parfait. Fin de la tangente.

         Alors, j’arrive dans les derniers jours de ce voyage. Je quitte le 29 mai. Sommes-nous à l’heure des bilans? Possiblement. En tout cas, le moins que je puisse dire, c’est qu’être loin de sa famille et de ses amis m’amènent à l’introspection. La bonne nouvelle, c’est que j’aime passer du temps en ma compagnie! Qui l’eut cru? J




Déparler… Deuxième partie.

Tranche de vie

         Quarante-huit après mon arrivée ici, j’en suis venu à la triste conclusion que je ne pourrais jamais vivre ici avec mes enfants. Ils sont trop vieux. Si vous songiez à travailler dans le Grand Nord, venez sans enfants (profitez des sports d’hiver, même l’été), avec l’envie de faire des enfants (vous en aurez le temps) ou encore avec un bébé déjà conçu (vous aurez beaucoup de temps à lui consacrer). Les miens, âgés de presque neuf et de dix ans seraient plutôt malheureux. Il n’y a pas d’école de karaté pour mon fils. Il n’y a pas d’école de musique pour que ma fille poursuive le violon. Sans même parler du déracinement, de la perte d’amis, changement d’école, et la pauvreté endémique(?) environnante, etc. (Petite note, repartez avant que vous enfants aillent à l’école. Ce n’est que mon opinion.)

         Par contre, au niveau des bilans, j’ai écrit et j’ai lu comme ça faisait longtemps que je ne l’avais fait. C’est fou à quel point ne pas avoir de distraction autour de soi aide à se concentrer.

Même la nuit! Faut dire qu’il y a presque 21 heures de lumière par jour ici… Vous voulez un truc pour dormir ici. Amenez-vous un loup. Pas l’animal. N’empêche que couché en cuiller contre la fourrure… On doit être confo.

Tranche de vie. Je souffre d’apnée du sommeil. Non, ce n’est pas faire de la plongée sous-marine en dormant. À vrai dire, c’est plutôt le contraire qui se produit : tu ne dors plus. (Très) Longue histoire courte, à chaque fois que tu tombes dans un cycle profond de sommeil, tes voix respiratoires s’affaissent, tu suffoques et ton cerveau manque d’oxygène …et tu te réveilles trois, quatre, cinq fois par nuit, parfois plus. Et tu es accablé de fatigue chronique, d’incapacité à te concentrer plus de 15 minutes sur quoi que ce soit, et autres effets sournois sur ton corps. Et je le répète, c’est la version Reader’s Digest. Avant que mon apnée ne soit sous contrôle, je cessais de respirer, en moyenne, 20 fois… à l’heure! Donc, tout cela pour dire que pour dormir, j’ai une magnifique machine appelée CPAP - La ventilation en pression positive continue, ou en anglais CPAP (pour Continuous Positive Airway Pressure). Alors, je dors tellement bien maintenant depuis que j’ai cette machine. C’est réellement un petit sacrifice que d’avoir à porter ça la nuit. Mon cerveau fonctionne de nouveau (je peux lire, écrire, regarder une émission de télé sans tomber dans un état végétatif duquel je ne retiens rien), mon humeur est beaucoup mieux, ma patience est revenue, etc. Il y a une blague à connotation sexuelle quelque part là-dedans, mais sans contexte ou rien, ça ne serait que simplement grivois et gratuit.

Donc, tout cela pour poursuivre mon étalge d’humiliation privée dans le domaine publique… Je dors avec mon CPAP, je porte donc une sorte de masque sur le nez avec un tube pour m’envoyer l’oxygène dont j’ai besoin. J’ai un ami qui en souffre aussi et sa fille appelle ça « la machine-éléphant ». C’est très mignon et vous donne une idée du look. (Et non, j’ai demandé, ça ne vient pas avec un habit en latex agencé – vendu séparément – ou un grosse boule mise dans la bouche, attachée à l’arrière de la tête – Quoi?! Vous y avez tous pensé!). Mais je peux me promener avec dans la maison, respirer fort et dire à mon fils : « Charles-Auguste, je suis ton père. Joins-toi au Côté Obscur de la Force. » Alors, c’est déjà beaucoup. (Ouf! Reste de vapeurs éthyliques quand tu nous tiens!) Alors, imaginez ceci… le masque et maintenant, un loup en plus sur les yeux. J’aimerais prendre une photo, mais rendu là… Pas certain que je le veuille… Ah, j’oubliais. Comme je dors de jour parfois, j’ai aussi des bouchons pour les oreilles. Je dois être un bel étalon de sexy

La preuve que c’est l’apnée du sommeil qui tue et non le ridicule…


Current Location:
Iqaluit
Current Mood:
Bonne
* * *

2014-05-14

Quelques observations générales… Je n’ai rien de spectaculaire à rapporter…

J’ai visité le parc Sylvia Grinnell hier.

http://nunavutparks.ca/french/parks-special-places/sylvia-grinnell-territorial-park/overview.aspx

Joli, mais une fois en haut, j’ai été frappé par la vue. D’un côté, il y a la toundra, les collines (à mon avis on ne parle pas de montagnes ici), la neige qui commence à disparaître un peu partout, le lichen, les fleurs se préparent pour une courte sortie (ce qui est surprenant à mes yeux vu le climat – voire ici mon ignorance complète de tels lieux)… De l’autre côté, la ville, Iqaluit, capitale du Nunavut.

Hum…

Je suis choyé d’être ici. Vraiment. Alors je ne veux pas donner l’impression de cracher dans la soupe. Mais Iqaluit est une ville construite par le « méchant blanc » depuis grosso modo 100 ans. Et non, je ne me lancerai pas en une charge contre l’homme blanc pour faire l’apologie du « bon autochtone » (c’est terriblement plus compliqué que cela à mon humble avis).

(Tangente. À nouveau, j’admets mon ignorance générale à propos des questions et des enjeux des autochtones, des Innus, et autres Premières Nations. [Hum… sur mon traitement Word, le mot Innus apparaît comme une faute… Misère…] Mais j’aimerais toutefois mentionner que des Européens sont arrivés au Nunavut vers 1575, et que, comme à beaucoup d’endroits en Amérique, ils sont arrivés en s’appropriant plus ou moins l’endroit et en disant aux autochtones : « Tenez, voici 500 ans de notre civilisation que nous vous amenons / imposons : ADAPTEZ-VOUS. » Je caricature un peu, mais vous voyez un peu où je veux en venir… Fin de la tangente.)

Donc, mais Patrick tu disais : « Mais Iqaluit est une ville construite par le « méchant blanc » depuis grosso modo 100 ans. » Probablement même plutôt aux environs de 75 ans. Oui, je suis sur le plus haut point du parc Sylvia Grinnell et je regarde la ville.

La ville est plutôt laide.

Et voilà. C’est dit.

Je ne me lancerai pas dans les problèmes de pauvreté, d’alcoolisme, de toxicomanie, de maladie mentale, d’une école primaire quasiment sans fenêtres(!) (c’est plutôt marquant), etc. mais la ville se développe de façon industrielle. Ouais. Je n’irai pas recenser le nombre d’industries présentes ici, le nombre de travailleurs provenant de l’extérieur (dont moi!), mais j’essayais d’imaginer la ville dans quinze ou vingt ans et j’imaginais celle-ci encore plus étendue sur la toundra.

Encore plus de déchets (ils les enfouissent où leurs déchets au juste?).

Oubliez le recyclage. Non, ne vous offusquez pas. Comment recycler ici? (J’y ai clairement réfléchi.) Primo, ça vous prend une usine(?) à recycler (Donc, plus de gens en grande partie venus de l’extérieur). Secundo, non, ça coûterait trop cher pour la population (et oubliez les régions éloignées avec leurs villages de 86 à 500 personnes accessibles seulement en avion). Tertio, on fait quoi? On nolise des avions pour ramener des conteneurs de recyclage au Québec vers une usine? (Bonjour la pollution!) (Coûts incroyable dont personnes ne voudra défrayer, que ce soit au niveau privé ou public.)

Au fait, encore plus de déchets (ils les enfouissent où leurs déchets au juste?). Alors ajoutez ce qui pourrait être recyclé au dépotoir (caché quelque part pas loin, j’imagine).

Aussi, pour chaque nouvelle entreprise, on parle de hangars, de camions lourds, etc. Et en partie à cause du climat, on ne donne pas trop dans le « joli » ou encore le « discret » au niveau des usines.

Alors, au nom du développement économique (je suppose), on poursuit la croissance de la ville. Plus d’industries, plus de gens arrivent, plus de services se développent, donc plus de gens arrivent.

Il me semble qu’on a déjà vu ça ailleurs…

Ouais, et dire que je voulais seulement vous faire part de quelques observations parce que je n’avais pas grand-chose à dire ce matin… Mes enfants, le soleil présent près de vingt heures par jour, la qualité de la lumière…


Tags:
Current Location:
Iqaluit, Nunavut
Current Mood:
Pensif (apparemment)
* * *

Mort-vivant - Parties deux & trois
II

Le constable, bien assis au chaud dans son auto-patrouille, tourne le coin de la rue. Dehors, on gèle. Il est aux aguets pour cette homme signalée il y a quelques minutes, marchant dans le froid glacial de la nuit sans manteau. Augmentant la puissance de ses phares, il voit une silhouette un peu plus loin parmi la neige qui tombe en gros flocons épais. Un homme marche tout en lui faisant dos. Il repense à la description de sa répartitrice. Impossible de voir si l’homme a une plaie au visage, mais il ne porte pas de manteau. Le constable décide de se rapprocher en ralentissant sa vitesse pour ne pas effrayer la personne.


         En effet, sa démarche est plutôt chevrotante, l’amenant toujours plus vers l’avant, mais avec un rythme empreint d’une qualité aléatoire, composé de soubresauts. Sa tête penche vers la gauche. Le constable dépasse l’homme avec son véhicule et va se stationner quatre mètres devant ce dernier. Un simple lampadaire jette sa lumière blafarde de manière à obscurcir le visage de l’homme dans une sorte de contre-jour impossible pense le constable.


         Sortant lentement de son auto-patrouille, le policier regarde au sol à l’affut de traces de sang dans la neige : rien. « Monsieur? Est-ce que ça va? » Pas de réponse de la part de l’homme qui s’immobilise. Et tourne sa tête lentement vers le policier. « On nous a dit que quelqu’un était blessé. Est-ce vous? » Le constable entend seulement un geignement rauque de la part de l’homme. Puis, lentement, l’homme lève les bras et s’approche, s’enfargeant presque, avançant de deux pas rapides, pour ensuite reprendre ce rythme saccadé et lent. Inexorable.


         Le constable, habituellement rationnel, se voit empli d’un mauvais pressentiment. Il se demande si la personne devant lui respire. Seulement ce son qui émane cet autre… hun… hun… hun… Puis un nuage dévoile la lune et ses rayons reflétés sur la neige remontent jusqu’au visage de l’homme.


         Ou plutôt ce qui en reste.


Là où sa mâchoire inférieure, sa bouche, son nez, son œil gauche et sa joue gauche devraient être, se troue un espace vide, une plaie aux mille teintes de rouge.


Le constable ne saurait dire si l’autre le voit vraiment de son œil droit ou s’il ne ressent seulement que sa présence. Cet œil, solitaire, morne, qu’il qualifierait de… sans vie. Le constable rapproche inconsciemment sa main de son arme de service. Il reconnait une douleur morte au fond de l’œil de l’homme qui gémit toujours sourdement. Quelle sorte de bête aurait attaqué ainsi et laissé sa proie vivante? Et pourquoi n’y a-t-il pas plus de sang? Cette plaie béante qui ne saigne pas…


La lenteur de l’homme, sa façon de se mouvoir sans mouvement brusque, le constable jurerait que ce soir, un mort marche…

*          *          *

III

Il titube. Où est-il? De son œil droit, il décèle une personne devant lui. Qui est-ce? Difficile à dire à l’aide d’un œil esseulé, d’une vision bidimensionnelle. Qui est-il? Lui-même ne sait plus. Cette personne devant lui parle. Lui parle. Le sens des paroles fuit par la passoire de son ouïe dorénavant monophonique.

         Un uniforme. L’autre porte un uniforme et vient de sortir d’une voiture aux gyrophares bleu et rouge qui clignotent. Bleu, rouge, bleu, rouge, bleu, rouge, bleu, rouge, bleu, rouge. Rouge, rouge, rouge, comme le sang. Le goût et l’odeur du sang. La chair. Rouge, rouge, rouge, rouge.

D’où se situait sa bouche, un gémissement blessé émane, empli l’air tel un esprit revenu de l’au-delà. Il ressent une forte émotion provenant de l’homme en uniforme : une peur viscérale de ce mort qui marche. Mort? Oui. Je suis… mort. Plus de sensation. Plus de douleur. Plus rien.

Mais pourquoi cet homme devant moi? Pourquoi la neige… froide. « Monsieur? Euh, attendez un instant svp. » la voix du policier est emplie de frayeur alors qu’il dépose une main doucement sur son arme.

Une arme. Comment tuer un mort, pense-t-il, je suis déjà mort. Non. Non. Je ne suis pas mort. L’arme… de chasse. Contre mon menton. La décharge.

Mort. J’aurais dû mourir.

J’ai raté.

Raté ma vie, mais surtout mon suicide. Je vois toute l’horreur de mon geste dans le regard de ce policier devant moi. Je ne suis pas mort. Puis-je encore vivre?

Ou ne suis-je maintenant qu’un mort-vivant?

*          *          *

C’est assez tristement que je vous dis que cette histoire est basée d’un fait réel.

PP


Current Location:
Iqaluit
Current Mood:
Serein
Current Music:
Aucune
* * *
* * *

Previous